Monter en selle le ventre plein?

Conseils alimentaires pour les cyclistes navetteurs

Le monde regorge d’informations destinées aux cyclistes occasionnels, mais qu’en est-il de ceux qui enfourchent leur deux-roues tous les jours pour se rendre au travail ? Ont-ils plutôt intérêt à consommer des gels sucrés, des barres énergétiques et des galettes de riz ou à se tourner vers d’autres aliments ? Stephanie Scheirlynck, spécialiste en alimentation, nous éclaire sur la question. 

 

ALLER TRAVAILLER A JEUN?

Si le trajet vers votre travail dure maximum 1h30, vous pouvez éventuellement vous passer de petit-déjeuner et enfourcher directement votre vélo. Deux conditions toutefois : ne roulez pas comme un fou et mangez quelque chose dès votre arrivée.

PETIT-DEJEUNER EN DEUX FOIS

L’autre possibilité, c’est de scinder votre petit-déjeuner. Chez vous, préparez-vous un petit bol de flocons d’avoine, de muesli, de granola au yaourt, du fromage blanc et un fruit. En arrivant au travail, optez plutôt pour une tartine de pain complet au blanc de poulet ou au fromage à tartiner, par exemple.

LE LUNCH, UN REPAS PRIMORDIAL

Surtout, ne sautez pas le lunch. Partons du principe qu’un repas chaud vous attend le soir à la maison. Si c’est le cas, votre lunch pourra prendre la forme suivante : 2 tartines de pain complet à la viande maigre, quelques légumes (salade, tomates, carottes…), un fruit et de l’eau.

AVANT LE RETOUR

Environ 1h ou 1h30 avant de reprendre la route, il est important de manger une collation : une barre aux graines, une banane ou même un cake sportif préparé par vos soins.
Si le trajet vers votre travail dépasse 1h30, il est essentiel de manger avant de vous mettre en route. Prévoyez aussi des aliments solides et une boisson isotonique (maintient votre taux d’hydratation et de sucre à niveau) pour le trajet.
Bike to Work est le programme de motivation cycliste de Fietsersbond